Comment le Saint Coran peut soigner les maladies du coeur ?

Le croyant tente d’améliorer sa santé physique au quotidien tandis qu’il néglige souvent celle de son cœur. Qu’il fasse ou non son possible pour augmenter ses capacités physiques, ce qui est sûr c’est qu’il redoute qu’un mal ne le touche sur quelque partie de son corps que ce soit. Aussi tous ses efforts tendent à le protéger des maladies. Plus il aura connaissance des précautions à prendre pour s’écarter des moindres maux, plus il prendra soin de sa santé, mais qu’en est-il des maladies du cœur ?

Quelles sont-elles et comment les soigner ?

Que nous dit le Coran sur les maladies du cœur ?

Allah, Glorifié soit-Il, nous apprend dans le Coran que le cœur peut être malade.
« Il y a dans leurs cœurs une maladie (de doute et d’hypocrisie), et Allah laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti. Verset 10 Sourate Baqarah

Dans ce verset Allah exprime clairement trois étapes de la maladie lorsqu’Il parle des mécréants :

  • Douter de Lui, de la Volonté d’Allah est un signe d’hypocrisie qu’il faut combattre
  • sans quoi Allah fait augmenter les maladies dans le cœur de celui qui doute
  • jusqu’à conduire au Châtiment Eternel.

Et ceci est le devenir des infidèles. Pourtant les maladies du cœur ne les concernent pas de manière exclusive. Le croyant peut en être touché et subir les conséquences dans sa vie. Voilà pourquoi il est important de les connaître et de tout faire pour s’en prémunir.

« (Et rappelez-vous), quand les hypocrites et ceux qui ont une maladie au cœur [dont la foi est douteuse] disaient: « Ces gens-là, leur religion les trompe. » Mais quiconque place sa confiance en Allah (sera victorieux)… car Allah est Puissant et Sage. Verset 49 Sourate 8

En effet, les maladies du cœur ont des effets néfastes sur notre manière de croire, de penser et sur notre comportement. Ne pas les combattre mène à la destruction de notre foi et, qu’Allah nous en préserve, à l’Enfer.

Beaucoup de versets coraniques reflètent ce constat :

  1. Une fois que le cœur est malade, Allah nous apprend que les tentations touchent plus facilement la personne et le cœur devient dur.

« Pourquoi donc, lorsque Notre rigueur leur vînt, n’ont-ils pas imploré (la miséricorde) ? mais leurs cœurs s’étaient endurcis et le Diable enjolivait à leurs yeux ce qu’ils faisaient. Verset 43 Sourate 6


« Afin de faire, de ce que jette le Diable, une tentation pour ceux qui ont une maladie au cœur et ceux qui ont le cœur dur… Les injustes sont certes dans un schisme profond. Verset 53 Sourate 22

  • L’hypocrisie devient par la suite un des autres maux du cœur. De part la faiblesse de sa foi qui le fait douter, il commet des actes contraires à sa religion, contraire à ce que veut de nous Allah, notre Créateur.

« Certes, si les hypocrites, ceux qui ont la maladie au cœur, et les alarmistes [semeurs de troubles] à Médine ne cessent pas, Nous t’inciterons contre eux, et alors, ils n’y resteront que peu de temps en ton voisinage. Verset 60 Sourate 33

  • La prochaine étape, qu’Allah nous en préserve, est la mécréance en Allah à force de douter.

« Il y a dans leurs cœurs une maladie (de doute et d’hypocrisie), et Allah laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti. Verset 10 Sourate 2


« Un peuple avant vous avait posé des questions (pareilles) puis, devinrent de leur fait mécréants. Verset 102 Sourate 5

Quelques exemples de maladies du cœur

Tous les versets pré cités confirment que le cœur peut tomber malade. Et ces maladies s’arrêtent à la mort de l’individu. Nulle possibilité de revenir en arrière pour croire et mieux se comporter.

La maladie concernant la compréhension

La maladie du cœur est souvent assimilée dans le Coran par le doute. Mais comment le cœur en vient-il à douter ? Il est le résultat de l’ignorance, loin de la connaissance de son Seigneur et de sa religion. Se poser des questions et douter est le résultat d’un cœur vide de sens qui n’obtient pas de réponses claires et se met à s’écarter de la Vérité.

« Mais leurs cœurs restent dans l’ignorance à l’égard de cela [le Coran]. [En outre] ils ont d’autres actes (vils) qu’ils accomplissent, Verset 63 Sourate 23

En résulte une erreur de compréhension de sa religion, une fausse vision du monde qui nous entoure et dans lequel on vit. Tous les efforts de celui qui doute se mettent à se concentrer sur l’acquisition des biens de ce monde pourtant éphémères qui représentent tout pour lui. Ne laissant plus de place pour la recherche de savoir d’Allah, la recherche de la bonne compréhension de l’islam.

Ainsi lorsque les belles choses de ce monde, le travail, l’argent, les femmes, les enfants deviennent le principal but de la personne, c’est la preuve qu’une maladie du cœur s’est installée sans s’en apercevoir. Et cela devient urgent de se rectifier.

La solution ?

Invoquer Allah et lui demander de nous montrer la Vérité et surtout de nous accorder de la suivre. L’invocation aussi de nous montrer le mal tel qu’il est et de nous accorder de nous en détourner. Les invocations sont la moelle épinière de notre adoration, un contact privilégié à sauvegarder entre notre Créateur et nous.

Seigneur ! Montre- nous la vérité en tant que telle et fait que nous nous y conformions et montre -nous le mensonge en tant que tel et fait que nous nous en écartions ! 

Allahumma ! arinâ al-haqqa haqqan wa- rzuuqnâ ttibâ ah wa arinâ al- bâtila bâtilan wa- rzuqnâ jtinâbah ! Amine 

 La recherche du savoir et de la Vérité sont donc les solutions à cette maladie.

La maladie concernant le comportement

Pencher vers les désobéissances, vouloir faire du mal tout en sachant consciemment que cela est un pêché représente une maladie du cœur dont on doit se préserver ou se guérir. La recherche des plaisirs, des passions est la source de cette désobéissance qui incruste cette maladie à force de répétitions dans le cœur.

Ainsi avoir un Tawhid faible conduit à une mauvaise croyance en Allah. Celui qui ne connaît pas assez son Seigneur peut douter de Lui, et de ce fait, avoir une faible volonté de Le satisfaire.  

Comment adopter le meilleur des comportements vis-à-vis de Son Seigneur et de Ses Créatures si l’on ne sait pas ce qu’Il attend de nous, si l’on doute de Lui ? Ainsi ne pas croire ou mal croire en Allah amène inéluctablement à se sentir abandonné de Lui et à douter, sauf ceux qu’Il prend en Miséricorde, qu’Allah fasse que l’on en fait partie.

La solution ?

Revenir à une croyance pure en Allah, à travers Ses Noms et Attributs que l’on recherchera à connaître. La recherche de Sa Connaissance et de Sa Proximité renforcent le cœur du croyant.

La maladie concernant le mauvais soupçon en Allah

Penser qu’Allah ne sauve pas les croyants ou qu’Il ne peut rien à certaines situations fait partie du mauvais soupçon envers Son Créateur. Ainsi la faiblesse de la certitude en Lui est une maladie du cœur qu’il faut soigner avant qu’elle n‘empire le cas de celui qui détient un tel cœur.

Etre ignorant du savoir de Dieu, ne pas bien Le connaître fait se sentir faible et laisse la porte ouverte au diable qui y insuffle le doute.

« Y a-t-il une maladie dans leurs cœurs ? Ou doutent-ils ? Ou craignent-ils qu’Allah les opprime, ainsi que Son messager ? Non ! mais ce sont eux les injustes. Verset 50 Sourate 24

« Et quand les hypocrites et ceux qui ont la maladie [le doute] au cœur disaient: « Allah et Son messager ne nous ont promis que tromperie. » Verset 12 Sourate 33

« Ou bien est-ce que ceux qui ont une maladie au cœur escomptent qu’Allah ne saura jamais faire apparaître leur haine ?  Verset 29 Sourate 47

La solution ?

Revenir au Coran et à la Sunna de notre Messager Mohamed, paix et salut sur lui, pour revenir à la vraie croyance sincère. 

Il n’y a que par la recherche de la connaissance que le croyant sera fermement certain que les lois d’Allah englobent tous les aspects de nos vies et sont parfaites puisque issues de Celui qui est Seul à être Parfait.

Le cas particulier du cœur malade et son remède

Le problème du cœur malade est qu’il n’est ni comme les cœurs sains ni comme les cœurs pour qui l’on ne peut plus rien. A force de tendre entre l’ignorance et la répétition des pêchés, il finit peu à peu par se rapprocher de la mort.

Un cœur mort est un cœur qui n’écoute plus, ne voit plus. Un cœur faible rempli de doutes, tentés par les pêchés et les passions, ne cesse de s’affaiblir jusqu’à ne plus ressembler ni à celui des croyants ni à celui des mécréants. Il vacille entre les deux.

« Ils sont indécis (entre les croyants et les mécréants,) n’appartenant ni aux uns ni aux autres. Or, quiconque Allah égare, jamais tu ne trouveras de chemin pour lui.Verset 143 Sourate 4

Le remède des maladies du cœur ?

Lire le Coran tous les jours !

Allah dans le Coran nous met en garde de suivre les pas des mécréants et de ne pas se laisser séduire par les mouvements des ces derniers sur Terre. Leur puissance sur Terre n’est que plaisirs éphémères avant de finir pour l’Eternité dans le Châtiment, qu’Allah nous en préserve.

Ainsi la mauvaise vision, et la faiblesse qu’elle induit,  ne se répare qu’avec la lecture assidue du Coran.

Lorsqu’on lit le Coran, notre mauvaise compréhension et mauvaise vision d’Allah se répare avec Sa Parole. Notre Tawhid et notre confiance en Lui se renforcent et notre coeur revit par la Vérité qu’il lit.

Guérir son cœur malade se fait en restant au contact de la Vérité.  On voit les choses d’un œil nouveau avec les preuves venant d’Allah. La confiance et le savoir remplacent les doutes.

Le Coran est la première (si ce n’est la seule véritable) source de guérison du coeur.

Un cœur sans Coran est comme un endroit en ruines. Vide, il laisse tout et n’importe quoi s’y installer. Aussi, lire tous les jours une partie du Coran avec méditation apporte tous les éléments dont a besoin le cœur pour se raffermir et consolider sa connaissance d’Allah.

Le Coran est aussi le moyen de converser avec Son Créateur. Comment s’en priver ?

Selon les passages de notre lecture, nous répondons au Tout-Miséricordieux directement sans intermédiaire.

  • Un verset comporte une invocation, et nous voilà en train d’invoquer pour nous-mêmes et nos frères et sœurs dans le monde
  • Un verset témoigne de la grandeur d’Allah ou de tout autre Attribut de notre Seigneur et nous témoignons avec lui et Le glorifions
  • Un passage évoque les châtiments de l’Au-delà et voilà que nous demandons sincèrement à Allah de nous en préserver. Ainsi de suite.

En lisant le Coran, nous invoquons Allah, Le glorifions et témoignons de Sa grandeur et de Ses bienfaits sur nous.

Nous rappelons que notre foi ne se considère pas à la hauteur du nombre de versets que nous lisons mais à la sincérité que nous nous appliquons à mettre dans Son évocation. Et puisqu’il n’y a aucun doute sur le fait que plus nous lisons, plus celle-ci augmente, alors comment donc rester loin de Sa Parole ?

Qu’Allah nous épargne les maladies du cœur et nous raffermisse tous dans Sa Voie droite. Amin  

Commentaires